Art – Architecture – Appareillage

 

Art appliqué

 

Un léger déplacement, au droit du vécu et de l’habité, qui émancipe l’art de l’autorité du Beau ?
Le travail qui s’invite entre artistes et architectes  transforme l’action de l’art et de l’architecture.

Les rencontres de réflexions et de productions voulues et espérées entre l’architecte et le plasticien ne se disposent pas selon un ordre hiérarchique et encore moins méthodologique mais co-opèrent les spécificités de leurs actions sur le travail de conception, d’interprétation et de perception.

L’architecture, sa capacité d’accueil aux questionnements des arts plastiques comme espace de perception et de formulation des lieux, est une autre manière de rendre le travail de l’art à un destin public.

Artistes et architectes ouvrent des pistes inédites et frémissants dans la perception des espaces appareillés pour être habités. Ce qui fait œuvre, ensemble et de manière appliqué, construit des parcours, des enveloppements où peuvent être rendu sensible des attitudes et une geste du quotidien, comme, aussi bien, une chorégraphie publique, citadine et civile du mouvement des corps et des regards.

 

Echelles de perception,

° Figure. D’une figure l’autre : unicité du lieu

° Motif. D’un motif l’autre : répétition et articulation de l’espace.

° Texture. D’une texture l’autre : perte des figures et des motifs dans la multiplicité.